Update camps d'été

Cher(s) parent(s),
Le coronavirus a mis un frein aux vacances d'été, et les Pionniers ont également craint pendant un certain temps qu'il ne soit pas possible d'aller en camp. Heureusement, le conseil de sécurité a décidé la semaine dernière qu'il serait possible d'aller au camp, si les mesures étaient respectées. Nous avons examiné toutes les possibilités de manière très approfondie, en tenant compte du terrain que nous avions prévu, des mesures, des besoins des enfants, de nos propres objectifs. Nous pensons que nous avons maintenant trouvé la meilleure formule possible. C'est-à-dire une façon de permettre au plus grand nombre d'enfants possible de profiter d'un camp d'été de la manière la plus sûre possible.
C'est pourquoi les Pionniers organisent cet été 4 camps plus courts avec une fréquentation totale de 50 personnes maximum chacun (enfants, moniteurs et équipe de cuisine inclus). Nous pouvons ainsi permettre à un maximum de participants et de volontaires de profiter d'un camp de vacances. Dans chaque camp, tout le monde reste dans cette "bulle", sans contact avec les figurants. De cette façon, nous n'avons pas à garder une distance de 1,5 mètre entre nous et nous pouvons faire toutes sortes d'activités de manière agréable. Toutefois, nous accorderons également beaucoup d'attention aux mesures d'hygiène strictes, telles que le lavage fréquent des mains, l'hygiène de la toux et des éternuements, le nettoyage et la désinfection fréquents de la cuisine, des installations sanitaires et autres locaux... Comme le prescrit le conseil de sécurité. En outre, les camps ressembleront autant que possible à un camp de Pionniers normal : avec des enfants de 6 à 16 ans, des groupes verticaux dans lesquels des enfants de différents âges jouent ensemble, des activités super-viables, beaucoup de chaleur et de solidarité...
Plus précisément :
Camp 1 : samedi 4 juillet, 17 h - mercredi 8 juillet, 11 h
Camp 2 : mercredi 8 juillet, 17h - dimanche 12 juillet, 11h
Camp 3 : dimanche 12 juillet, 17h - jeudi 16 juillet, 11h
Camp 4 : jeudi 16 juillet, 17h - lundi 20 juillet, 11h
Arrivée et départ
Comme vous pouvez le voir, un camp se termine le même jour que le camp suivant commence. Dans les heures qui séparent les deux camps, l'ensemble du camping est nettoyé et désinfecté. Le contact entre les enfants et les volontaires de deux camps différents doit être complètement évité. C'est pourquoi il est très important de respecter les heures d'arrivée et de départ.
Les jours d'arrivée et de départ sont généralement des jours de semaine. Nous sommes conscients que ce n'est pas facile pour la plupart des parents. Nous l'avons organisé de cette façon de toute façon, parce que c'était la seule façon d'offrir au plus grand nombre d'enfants possible un camp de la manière la plus sûre possible.
Le covoiturage est autorisé, à condition que quelques mesures soient prises : maintenir autant que possible la distance sociale entre les membres des différentes familles (par exemple, sièges avant et arrière dans la voiture), porter un masque buccal pour toute personne de plus de 12 ans, ne pas transmettre de choses.
Dès votre arrivée au camping, les mesures de corona que nous appliquerons tout au long du camp s'appliquent. Cela signifie que les 50 enfants et volontaires de notre camp éviteront tout contact avec des personnes extérieures à cette bulle.
Groupes d'âge
Par camp, nous pouvons prendre environ 34 enfants. Afin de former des groupes d'âge suffisamment importants pour jouer ensemble, les groupes seront divisés de manière légèrement différente. Par rapport à un camp de pionniers "normal", les groupes seront légèrement plus petits, avec une plus grande différence d'âge. Nous ferons en sorte que les groupes soient aussi équilibrés que possible. S'il y a des enfants qui aimeraient être ensemble dans un groupe, nous en tiendrons compte autant que possible, mais nous ne pouvons pas promettre.

Inscriptions
Ceux qui étaient déjà inscrits à l'un de nos camps d'été ont été les premiers à choisir de s'inscrire à l'un des quatre camps plus courts. Sur la base des inscriptions actuelles, nous prévoyons malheureusement une pénurie de places pour les camps 1 et 2, et un excédent de places pour les camps 3 et 4. 
Désormais, les inscriptions sont ouvertes à tous. Vous pouvez les trouver via le lien suivant.
Prix du camp
Comme le camp est plus court, nous ajustons également le prix. Le prix initial était de 135 € pour le premier enfant et de 125 € pour le deuxième. Le prix ajusté est de 85 € pour le premier enfant et de 75 € pour le deuxième. 
Aspimos
Chez les pionniers, les Aspimos (participants nés en 2004 et 2005) constituent un "groupe spécial". Comme les participants les plus âgés du camp, ils vont faire toutes sortes d'activités amusantes avec leurs pairs d'une part, mais d'autre part, ils vont avoir des responsabilités supplémentaires de temps en temps. Nous faisons cela pour leur donner le goût d'être "moniteur" pendant le camp et pour les rendre enthousiaste afin qu'ils continuent à grandir dans notre organisation. Après tout, la plupart des membres de notre équipe de bénévoles étaient une fois eux-mêmes des Aspimo !

Concrètement, nous voulons offrir à tous les Aspimo la possibilité de rejoindre deux camps contigus cet été ; camp 1 + 2 ou  camp 3 + 4. Comme ça, ils peuvent acquérir deux fois plus d'expérience et nous pouvons les préparer encore mieux à leur croissance chez les Pionniers.

Nous avons vérifié cette façon de travailler avec les experts sur le terrain, et les mesures corona imposées le permettent pleinement. Les volontaires et les participants plus âgés ont la permission explicite de faire plusieurs camps l'un après l'autre, sans période de quarantaine entre les deux.

Veuillez noter qu'il s'agit d'une offre et pas d'une obligation. Ton Aspimo ne peut rejoindre qu'un seul camp ? Pas de problème !

 

GROUPES A RISQUES EN PÉDIATRIE

Cette liste a été réalisée avec soin après consultation de diverses associations professionnelles et organisations spécialisées dans le domaine de la pédiatrie.

Nous tenons à souligner qu’elle a pour objectif de servir de ligne directrice. Il est donc possible d’y déroger s’il existe un motif raisonnable, en concertation avec le médecin traitant du patient. Cette liste n'est pas non plus exhaustive. Son application relève de la responsabilité du médecin traitant après discussion avec le patient, ses parents et/ou les soignants impliqués.

Cette liste se veut une aide à la décision d’autoriser les enfants à rentrer - ou non - au camp

 

REMARQUES GÉNÉRALES

  • Il est conseillé aux enfants traités par des corticostéroïdes à haute dose, c'est-à-dire > 20mg/j de prednisolone (ou > 0,5mg/kg/j pour les enfants de < 40kg) de ne pas aller à l'école.
  • Les enfants sous traitement comprenant des médicaments immunosuppresseurs et les enfants atteints de maladies chroniques graves : à discuter avec le médecin traitant.
  • Tout comme le reste de la population et tel que demandé par le Conseil National de Sécurité, les enfants atteints d'une maladie chronique et autorisés à aller à l'école doivent suivre strictement les directives concernant les mesures d’hygiène, le respect de la distanciation sociale et le port du masque buccal (selon leur âge).
  • Les personnes vivant sous le même toit que les patients à risque sont autorisés à travailler/aller à l'école, à condition, de respecter strictement les mesures d'hygiène reprises ci-dessus. Dès qu'un membre de la maisonnée présente des symptômes de maladie, il est nécessaire de prendre contact avec un médecin et d’appliquer les mesures d'isolement décrites par Sciensano.

PNEUMOLOGIE/MUCOVISCIDOSE

NON :

  • Le patient atteint de mucoviscidose ou le patient ayant des bronchiectasies non liées à la mucoviscidose, et dont la maladie n’est pas sous contrôle (c'est-à-dire VEMS-1 < 60 %, dégradation rapide, > 3 exacerbations par an, dépendance à une oxygénothérapie)
  • Les enfants sous traitement d'entretien avec de corticostéroïdes à haute dose (voir REMARQUES GÉNÉRALES)
  • L’asthme sévère non contrôlé ayant besoin de stéroïdes oraux et/ou de produits biologiques
  • Les enfants soumis à une oxygénothérapie chronique et/ou à une ventilation (non) invasive
  • Les enfants présentant des anomalies congénitales des voies aériennes ou des poumons n’étant pas contrôlées.

 

LES TROUBLES IMMUNITAIRES PRIMAIRES

NON: 

  • Les enfants ayant un déficit immunitaire combiné sévère, c'est-à-dire un (S)CID ou une lymphopénie sévère (CD4 < 200)
  • Les enfants ayant un déficit immunitaire et une insuffisance respiratoire sévère (voir pneumologie)
  • Les enfants immunodéficients qui doivent recevoir ou qui ont bénéficié d’une greffe de cellules souches ou d’une thérapie génique il y a moins d'un an, ou plus selon la durée de l’immunosuppression.
  • Les autres déficits immunitaires, à savoir la maladie granulomateuse chronique (CGD), la lymphohistiocytose hémophagocytaire familiale (HLH), les maladies congénitales auto- inflammatoires (sauf FMF), le syndrome de Down avec un déficit immunitaire, les déficits immunitaires avec dysrégulation immunitaire active* (LRBA, NFKB1, NFKB2, STAT3 GOF, IRAK4, MyD88, STAT2, ...).

* C'est-à-dire une poussée auto-immune ou auto-inflammatoire au cours de l’année écoulée ou un traitement par immunosuppresseurs récemment débuté

  • Tous les patients ayant un déficit immunitaire pour lesquels le médecin traitant a requis de ne pas aller à l’école ou au travail.

 

 

CARDIOLOGIE

NON: 

  • Après transplantation cardiaque
  • En cas d’hypertension pulmonaire
  • En cas d'insuffisance cardiaque grave

 

ENDOCRINOLOGIE

OUI: 

  • Peuvent retourner à l’école : les enfants diabétiques, les enfants sous thérapie de substitution surrénalienne (hyperplasie congénitale des surrénales, insuffisance surrénalienne)

 

NEPHROLOGIE

  • NON:
    • Enfants recevant des corticostéroïdes à haute dose (voir remarques générales)
    • Enfants qui ont reçu du rituximab ou de l’eculizumab au cours des 6 dernières semaines ou qui devraient recevoir ce traitement dans les semaines à venir.
  • APRES CONSULTATION avec le médecin/spécialiste traitant
    • Enfants sous traitement comprenant des médicaments immunosuppresseurs
    • Enfants sous traitement par dialyse ou plasmaphérèse
    • Enfants chez lesquels un syndrome hémolytique et urémique atypique a été diagnostiqué
    • Enfants atteints d’un syndrome néphrotique récurrent ou cortico-dépendant.
    • Enfants ayant reçu du rituximab ou de l’eculizumab au cours de la dernière année mais antérieurement aux 6 dernières semaines (cf point supra).

 

 

RHUMATOLOGIE

  • NON: 
    • Enfants sous corticothérapie à haute dose (voir REMARQUES GÉNÉRALES)
  • OUI:
    • Enfants atteints d’une maladie rhumatismale et recevant les traitements suivants :
      • Hydroxychloroquine (PlaquenilÒ), méthotrexate (LedertrexateÒ, MetojectÒ), mycophénolate mofétil (CellceptÒ), cyclosporine, tacrolimus (Advagraf®, Prograft®) et azathioprine (ImuranÒ).
      • Médicaments biologiques comme les inhibiteurs de TNFα (EnbrelÒ, HumiraÒ, infliximab), OrenciaÒ, inhibiteurs de l’IL-1 (AnakinraÒ, IlarisÒ), inhibiteurs de l’IL-6 (RoactemraÒ), inhibiteurs des JAK (OlumiantÒ, XeljanzÒ), rituximab.

 

GASTRO-ENTEROLOGIE

  • NON: 
    • Les enfants sous corticothérapie à haute dose (voir REMARQUES GÉNÉRALES)
  • OUI: 
    • Les enfants sous un seul médicament immunosuppresseur en situation stable (en rémission)
  • APRES CONSULTATION avec le médecin/spécialiste traitant
    • Les enfants sous traitement comprenant des médicaments immunosuppresseurs

 NEUROLOGIE

  • NON :
      • Les enfants sous oxygénothérapie chronique et/ou ventilation non-invasive.
      • Les enfants sous corticothérapie à haute dose (voir REMARQUES GÉNÉRALES)
    • ! Ce sont souvent des enfants atteints de multiples pathologies pour lesquels la consultation auprès d’un neuropédiatre est recommandée

 


HEMATO-ONCOLOGIE

  • NON :
    • Les enfants en phase de traitement intensif ou durant une certaine période après une greffe de cellules souches allogéniques (+/- 12 mois ou plus selon la durée de l’immunosuppression).
  • OUI :
    • Tous les autres enfants, y compris les enfants ayant une LLA sous traitement d’entretien, les enfants sous thérapie par Glivec, Hydrea etc… Le médecin traitant peut être consulté au cas par cas et peut déroger au principe général chez certains enfants atteints de comorbidités.